PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE – LE JAMBON-BEURRE DE JACQUES

Parmi la sélection du 71ème Festival de Cannes, on retrouve des films de toutes sortes. Ceux dont on ne sait prononcer le nom, ceux qui nous surprennent dès les premières minutes, ceux qui nous offrent la douce compagnie de Morphée et ceux dont on ne se lassera jamais. Plaire, Aimer et Courir Vite, le film du réalisateur français Christophe Honoré, s’assure une très belle place dans la dernière catégorie avec une œuvre romantique remarquable. Un beau chagrin heureux. 

C’est une histoire d’amour qui débute dans un cinéma, qui se poursuit dans les rues sombres de Rennes et qui s’animent sur des cartes postales, des lettres aux douces envolées et quelques unités de carte téléphonique. C’est Jacques, auteur parisien en déplacement en Bretagne, qui rencontre Arthur, l’étudiant qui tombe fou d’amour pour lui. 

Il y a le désir de plaire, celui de vivre et celui de s’éviter une dernière peine en tentant l’aventure en duo. Mais le breton se métamorphose doucement comme le phare dans la nuit de l’auteur qui n’attendait plus rien.

Terriblement parisien, terriblement pressé aussi, Jacques mord dans la vie encore une fois.


Le jambon-beurre de l’auteur :
Une belle demi-baguette blonde
Du beurre demi-sel pour le breton adoré
Deux tranches de jambon blanc

Filez chez le boulanger chercher votre pain, coupez le en deux et tartiner généreusement du beurre amoureux. Ajoutez un peu de cochonnerie et courez. Vite. 

L’histoire est superbe, les acteurs sont sublimes et la réalisation sans défaut. Ah, Christophe Honoré le serait d’autant plus avec une Palme d’Or méritée… réponse le 19 mai.


A (re)découvrir : Très Honoré – Boomerang par Augustin Trapenard sur France Inter (28min) ; Les gens qui doutent repris par Vincent Delerm, Jeanne Cherhal et Albin de la Simone (4min)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *