JOKER — LE CEVICHE D’ARTHUR FLECK

Si ce sont souvent des films d’auteur qui remportent les grands prix des festivals de cinéma, la surprise de la Mostra de Venise était totale : un film de super vilain DC Comics rugissant a renversé la critique ! Joker a dévoré la sélection en jouant la carte du psycho et s’est emparé du Lion d’Or. Pas moins.

On connait le méchant de Batman par cœur. Son teint blafard et ses cheveux vert, son sourire difforme et sa folie grandiose. On connait le personnage depuis des dizaines d’années mais on ignorait encore la genèse de cet « Homme qui rit ».
Avant de se grimer, Arthur Fleck se dévoile en clown triste, pauvre loser magnifique en quête de reconnaissance dans un monde violent et sombre qui l’entraine dans une chute terrible. De Gotham city version eighties, il endosse la violence et la sauvagerie, incarne l’ordure ! L’homme torturé devient une icône de l’anarchie.

Joker créé le malaise et crie au danger ! C’est poisseux, cru et acide…

…la recette colorée d’Arthur Fleck a tout du ceviche.

Une assiette de poisson qui marine avant de se révéler (2 personnes) :
250g de cabillaud – poisson commun à chair blanche pêché en Atlantique, sans arrête, autant dire désarticulé comme le sujet
1 citron jaune et 1 citron vert – pour apporter l’acidité qui cuit et révèle
1/4 oignon rouge – rond comme le nez d’un clown et parfait pour pleurer
1/2 grenade – avant que tout s’enflamme
De la coriandre fraîche – la folle note verte qu’on adore détester
Sel, poivre, piment

Levez vos filets de cabillaud et détaillez en dés.
Dans un bol, ajoutez les morceaux et les oignons coupés en fines lamelles. Jetez-y la grenade, assaisonnez avec le sel, le poivre et le piment. Arrosez du jus acide et remuez. Laissez cuire 5 minutes et servez dans un bol.
Terminez avec quelques cheveux verts. Joker.

Le sourire est immense et les dents grincent. Le pantin malheureux abandonné par la société tire désormais les ficelles de la révolte.

Acclamé, décrié, Joker marque cette année ciné ! On parie sur un retour en force lors des prochains Oscar ? Histoire de saluer la performance de Joaquin Phoenix en méchant psychotique et poétique…

🔍 A (re)découvrir : « Joker : very mad trip » par Libération

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *