LA FILLE AU BRACELET — LA CARPE MARINÉE À LA MOUTARDE DE LISE BATAILLE

Il y a quelques années, le cinéma américain profitait de la St Valentin pour sortir des comédies romantiques chorales ou des pseudo romances-érotiques discutables. En 2020, le cinéma français oublie les chocolats au profit d’un bijou peu commun et mise sur une œuvre bien plus magistrale, une affaire passionnelle et captivante… celle de La fille au bracelet du réalisateur Stéphane Demoustier.

On ne recherche pas Shakespeare et son duo de Roméo et Juliette mais on pénètre dans la cours d’assises pour mineurs comme dans un théâtre avec son intrigue tragique – une jeune-fille accusée d’avoir assassinée sa meilleure amie – ses spectateurs inquiets – les parents qui tentent de sauver une enfant qui se révèle plus adulte qu’ils ne l’auraient imaginée – et des inquisiteurs qui questionnent, jouent avec les mots pour rivaliser d’arguments – une avocate générale sans pitié et une avocate de la défense déterminée.
L’affaire est incertaine mais l’histoire est simple : Lise Bataille est-elle une meurtrière ?
Qui fera le choix de juger la jeune-fille ? Qui s’inquiètera de rendre la justice ?

Depuis 2 ans, le procès se prépare et Lise est assignée à résidence, accompagnée par un bracelet électronique qui ne la quitte plus.
De sa cellule familiale au box des accusés, elle est dans le filet de la justice et marine jusqu’au verdict. Jour après jour, témoignage après questionnement, la jeune-fille est presque muette, quasi insensible sinon bouillonnante lorsque l’avocate générale la met en joue, semant le doute autour d’elle.

Recette en eaux troubles pour la mystérieuse inculpée…

Les filets de carpe marinés à la moutarde

2 filets de carpe pour le mutisme de la jeune-fille
2 cuillères à soupe de moutarde ancienne pour l’agacement qui lui monte au nez
1 poivron rouge comme la passion, le sang et la salle d’audience
2 cuillères à café d’huile d’olive
2 cuillères à café de crème épaisse
10 cL de vin blanc
Sel, poivre et ciboulette fraîche

Préparez votre marinade dans un plat creux où vous plongerez votre poisson muet : mélangez le vin blanc, l’huile d’olive, la moutarde, un peu de ciboulette, sel et poivre. Laissez le filet patienter 45min en prenant soin de le retourner pour calmer son impatience.
Préchauffez votre four à 190°C et munissez vous de feuilles de cuisson huilées. Déposez-y les lamelles de poivron rouge puis le poisson. Peignez-le de crème épaisse, arrosez de la marinade et enfermez-le dans sa papillote.
Enfournez 25min, libérez-le de sa cellule et ajoutez quelques brins de ciboulette avant de servir.

Est-ce le poids du chagrin ou de la culpabilité que Lise enchaine à sa cheville ? La fille au bracelet laisse le public sur le banc des jurés et nous remémore un certain film de Clouzot nommé La Vérité

🔍 A (re)découvrir : La chronique d’Hippolyte Girardot pour France Inter (4min)

2 thoughts on “LA FILLE AU BRACELET — LA CARPE MARINÉE À LA MOUTARDE DE LISE BATAILLE

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *